Concours International de Toulouse (prix de la mélodie française) et de la Fondation Yehudi Menuhin, il se fait tout d’abord connaître comme interprète de musique baroque et du répertoire mozartien.

Avec William Christie et "les Arts Florissants", il effectue de nombreuses tournées de concerts à travers le monde, chantant dans trente pays. Il tient notamment l’un des rôles principaux dans Atys de Lully, à l’opéra-comique, Florence et

New-York en 1987, 1989 et 1992. Il fut également Straton dans Alceste de Lully à Versailles et au Théâtre des Champs-Elysées, production Martinoty-Malgoire, La Hire dans La Fée Urgèle de Favart à l’Opéra-comique, avec Jean-Marie Villégier et Christophe Rousset, Saül dans David et Jonathas de M.A. Charpentier (tournée version concert en France et Angleterre) avec William Christie, Dorilas dans Le Malade Imaginaire de Molière/Charpentier au Théâtre du Châtelet (Christie/Villégier), chanta également à Karlsruhe et Schwetzingen dans Tarare de Salieri (prod Martinoty-Malgoire), tint le rôle-titre dans Anacréon de Rameau à Montpellier (Barrat-Christie)...

Il a chanté les trois rôles de Don Giovanni (théâtre de Rennes), Leporello (Opéra-Comique) et Masetto (Opéra de Nantes) dans la même année 1987. Dans les années 90, il a également chanté Guglielmo, puis Don Alfonso de Cosi fan tutte dans diverses productions.

En opéra-comique français, il a notamment chanté les rôles de Frédérick dans Lakmé (Opéra-comique, Bordeaux, Nancy), Brétigny dans Manon (Opéra-Comique), Le Gendarme dans Les Mamelles de Tirésias (Théâtre du Châtelet), Moralès et Le Dancaïre dans Carmen (à Limoges et Besançon), ...

JF Gardeil a également chanté et enregistré avec Gustav Leonhardt, Michel Corboz, Emmanuel Krivine, Armin Jordan, Michel Plasson, Serge Baudo, Lothar Zagrosek, Alan Curtis, Friedman Layer, et travaillé avec des metteurs en scène tels que Antoine Vitez, Pier-Luigi Pizzi, Jean-Marie Villégier, Jean-Louis Martinoty, Nicolas Joël, Pierre Barrat, Goran Järvefelt, Antoine Bourseiller, Christian Gangneron...

Jean-François Gardeil affectionne également la mélodie française : Associé au pianiste Billy Eidi, avec lequel il donne des concerts en France et à l’étranger, il a reçu le Grand Prix de l’Académie Charles Cros, et celui de la Nouvelle Académie du Disque pour leur intégrale des mélodies de Honegger. Spécialiste de Poulenc, Ravel et Debussy, il l’est aussi de la musique du Groupe des Six. Il a effectué la création discographique du cycle de Darius Milhaud "Tristesses", et enregistré récemment les mélodies d’Ernest Chausson, Maurice Delage, Guy Sacre, Aubert Lemeland et Henri Sauguet.

 

Discographie ici

 

PROFESSEUR

Intéressé par l’enseignement, il a fondé en 1991 « Les Chants de Garonne », et en 2000 « Opéra de Gascogne » structures lyriques légères qui contribuent à la détection des chanteurs et à la diffusion de spectacles dans le Sud-Ouest de la France. Il est également jury aux Conservatoires de Genève et Toulouse, de l’académie Ravel de Saint-Jean-de-Luz ou encore du Concours de mélodie française de Toulouse.

 

METTEUR EN SCENE

Jean-François Gardeil est enfin passionné de mise en scène : A son actif, une tournée d’Orfeo de Monteverdi avec Gilles Ragon, Claire Brua et Fernand Bernadi, la première adaptation scénique de La Descente d’Orphée aux Enfers de M.A. Charpentier (avec Hervé Lamy), et un King Arthur de Purcell. Il a fait en 2000 la création de l’opéra de Jacques Castérède et Michel Serres, La Voie Ecarlate en collaboration avec l'Opéra de Bordeaux, avec dans les premiers rôles Ethel Guéret, Jean-Marie Frémeau, Christian Tréguier, ... En 2002 et 2003, deux Offenbach, La Belle Hélène et La Périchole, avec Anna Holroyd. Ce dernier ouvrage sera repris en 2004 à Toulouse et Tarbes. Il a également réalisé, en janvier 2002, à Bordeaux et en Région Aquitaine, un spectacle d’opéras de chambre qui réunissait Le Pauvre Matelot de Darius Milhaud et Jean Cocteau, Le Piège de Méduse d’Erik Satie et Le Téléphone de Menotti, dans une coproduction Grand-Théâtre de Bordeaux -OARA- Chants de Garonne (ARTICLE). 2004 a vu la création de Fleurs, flèches et flammes, un spectacle –dont il est l’auteur- sur les madrigaux de Monteverdi avec le comédien Robert angebaud et la mezzo-soprano Guillemette Laurens. En 2005 J.F. Gardeil a mis en scène L’Enfant et les Sortilèges de Ravel et Colette à Toulouse (production du CNR) et Le Voyage dans la lune de Jacques Offenbach à Condom, Toulouse (Cité de l’Espace) et Agen. En 2006, Masques, création de Marc Bleuse dont il signe le livret, et Didon et Enée de Purcell avec Guillemette Laurens, à Toulouse, Périgueux, Condom et Agen, ainsi qu’une nouvelle production de Trois Coups de Fabien Prou (suite de pastiches lyriques dont il signe le livret) et de Monsieur Choufleuri d’Offenbach dans diverses villes du Sud-Ouest. L'année 2008 a vu la création au théâtre d'AGEN de Blanche, adaptation par JF GARDEIL des Dialogues des Carmélites de Francis POULENC et Georges BERNANOS, repris à l'été 2008 dans le Gers. Il faut ajouter également la mise en scène de Véronique d'André Messager, les Opéras Bibliques de Carissimi et Charpentier (ARTICLE), et, en 2009, de La Flûte Enchantée de Mozart (ARTICLE) et de Cosi Fan tutte l'année suivante. En 2011, il retourne à Offenbach avec Orphée aux Enfers (ARTICLE) et poursuit en 2012 son travail de pastiches lyriques avec Castafiorama. En 2013, il écrit et met en scène un spectacle sur Cocteau et l'opéra et l'année suivante réalise Un Siècle viennois. Suivra le spectacle L'Opéra américain et récemment Sarastropark, parodie lyrique autour de La Flûte enchantée écrit pour l'atelier lyrique du CRR de Toulouse. 

Jean-François Gardeil

 

Fondateur et directeur artistique des CHANTS DE GARONNE

Un regard sur la biographie de Jean-François GARDEIL nous apprend qu’il fut, avant de créer "Les Chants de Garonne", un baryton à la riche carrière, spécialiste de musique baroque et de mélodie française, et qu’il a travaillé avec les plus grands chefs et metteurs en scène. Sa passion pour l’enseignement a trouvé sa pleine expression dans l’activité des Chants de Garonne, ou il forme des chanteurs de tous niveaux. Mais le public le connaît aussi comme le metteur en scène de nombreux ouvrages lyriques : troisième aspect d’une riche personnalité artistique.

 

BARYTON

Originaire d’Agen, Jean-François Gardeil, après une khâgne au Lycée Fermat et une maîtrise de Lettres à l’université de Toulouse, étudie le chant au conservatoire de Lausanne, puis à l’Ecole d’Art Lyrique de l’Opéra de Paris. Lauréat de l’Académie Ravel, du