L'Elixir d'Amour

 

 

L'Elixir d'amour, c'est "l'Opéra", celui que l’on aime sourire en coin et larme à l'œil, avec son ténor un peu niais dont on attend l'aigu, son baryton aux grosses moustaches qui n'effraie pas grand-monde, sa charmante soprano qui tire toutes les ficelles, son incontournable chœur de villageois et bien sûr son "Una furtiva lagrima" qui depuis Caruso est dans toutes les mémoires.

Nous le sentons bien, une part du bonheur belcantiste est inséparable du kitch des livrets qui l’enchâssent. Mais allons plus loin : ce bonheur ne se marie-t-il pas à merveille avec la nostalgie d’une époque sans télé, presqu’encore sans cinéma, où le spectacle lyrique était l’unique et merveilleux divertissement populaire, où, dans les villages, les bonnes volontés tentaient de pallier la maigreur des moyens, chacun y allant de son aiguille, de son marteau ou de son pot de fleur dans l'attente... des "artistes de l'Opéra" bien sûr, venus de la ville les valises pleines de costumes et de traditions.

Sans en avoir trop dit, voici esquissé le cadre de notre Elisir d’amore !

Avec

Adina : Aurélie Fargues/Véronique Chevallier
Nemorino : Frédéric Mazzotta / Stanislas de Barbeyrac
Dulcamara : Jean-Manuel Candenot
Belcore : Emmanuel Gardeil
Gianetta : Amandine Christmann

 

Chef de Chant : Nicolas Chesneau / Georgy Dubko

Costumes : Madeleine Nicollas
Décors : Jean Gardeil et Thomas Richard

Mise en scène : Jean-François et Emmanuel Gardeil